mercredi 23 mai 2018

Le jour où il y a eu un goût d'inachevé.

Il était une transition. Une transition entre une histoire qui finit mal et une belle histoire d'amour qui dure encore. Il m'a tout de suite fait bonne impression. Tapé dans l'oeil, même. J'ai été touchée par sa plume, même si c'était par texto. Je le trouvais poète. Charmeur timide ou timide charmeur. Avec lui, j'étais à la fois moi-même et à la fois une autre. J'ai fait des choses que jamais je n'aurai fait jusque là. Je devais aussi penser qu'il en valait la peine, car je me suis freinée, pour ne pas l'effrayer. Je ne voulais pas m'accrocher à lui comme une sangsue. Je me suis même fait violence, des fois. Mais je savais qu'il fallait y aller doucement. J'essayais de me convaincre que ça n'était pas encore sérieux, qu'il fallait pas brûler les étapes et suivre son rythme. Mais je suis vite devenue accro. Il était devenu comme une drogue pour moi. 




J'ai donc commencé à en souffrir, parce qu'il était absent, souvent. Il finissait son master en Belgique. J'ai haï la Belgique. Je l'ai détesté, lui aussi, car il semblait si peu affecté, tellement détaché, absolument pas accro. A force d'être distant, je me suis éloignée. Après tout, rien ne nous liait. Une sorte de couple libre. Et je détestais ses silences. J'avais besoin d'un homme présent, physiquement mais aussi dans l'éloignement. Un sms, un appel. J'en demandais pas plus. 
J'avais ce sentiment d'être cachée. Une sorte de couple illégitime, secret. Je parlais de lui, mais lui, parlait-il de moi ? Alors, j'ai commencé à complexer : je n'étais sûrement pas assez bien pour qu'il me présente à ses amis ... pour qu'il parle de moi ... 
Manque de chance pour lui, après l'histoire que je venais de vivre, je ne voulais plus être passive de ma vie. Alors, j'ai pris les choses en main. 
Et j'ai rencontré Charmante Compagnie. Mon mari. L'homme de ma vie. On s'est rencontré, on s'est aimé, tout de suite, on ne s'est plus quitté. 
Officiellement, je n'avais pas rompu avec lui, l'autre. Mais je n'avais plus de nouvelles. Je ne voulais pas lui courir après. Je ne voulais pas jouer le rôle de la nana désespérée. Je ne voulais plus être une Pénélope. 
Avec Charmante Compagnie, on a construit notre vie. J'étais moi-même. On est allé vite, mais ça me ressemblait. Ca me convenait. Ca me plaisait. On s'est installé ensemble, puis on s'est pacsé. 




Ce jour là, je m'en souviendrais toujours. J'attendais mon bus quand j'ai reçu son texto. Un texte de regret ? Il avait vu, via mon blog de scrapbooking, que j'allais me pacser. Il m'a dit qu'il s'en voulait... Qu'il regrettait et en même temps me souhaitait beaucoup de bonheur. Il m'a bouleversée. Je l'ai détesté. Comment pouvait-il refaire surface après tout ce temps ? J'avais déjà un goût amer quand je repensais à lui, à nous si tant est que nous ayons été un "nous". Un vrai goût d'inachevé m'a envahie ... 
Je n'ai jamais douté de mon amour pour Charmante Compagnie. Je sais qu'il est l'homme fait pour moi, contrairement à lui. Mais j'ai traversé une phase de "Et si ..." Quelle serait ma vie s'il ne s'était pas éloigné en silence ? Si on était toujours ensemble ? Des tas de possibles. Et finalement, toujours la même conclusion : il n'était qu'une transition. Une belle transition. Le temps de quelques semaines, il était mon boxeur ... 


Et toi, as-tu connu un amour inachevé ? 

4 commentaires:

  1. Oh oui j'ai connu aussi une histoire inachevée. Les doutes je les ai eus, on a tenté de renouer... plusieurs fois même... et qd il a su que je mariait (il y a 10 ans maintenant) il a même fait une crise de jalousie alirs que c'est lui qui avait coupé les ponts des mois avant. Je ne n'oublierai jamais mais il n'était pas celui qui aurait pu me rendre heureuse.

    RépondreSupprimer
  2. oh oui histoire passionnel tres tres tres douloureuse.Kiwie.

    RépondreSupprimer
  3. ce que j'aime te lire
    tu sais parfaitement décrire les sentiments humains
    j'en arrive à la conclusion que "l'inachevé" n'est pas toujours un échec, peut être est-il nécessaire pour nous rendre compte de nos erreurs, mieux rebondir....
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Énorme résonance....
    Le passé est loin, le présent et un cadeau, même si le papier cadeau est parfois difficile à défaire...

    RépondreSupprimer

Un petit mot, un merci !