jeudi 22 juin 2017

Le jour où nous sommes retournés au Moyen-Age



Cette année encore, nous avons eu le plaisir de participer aux Médiévales d’Andilly. Et cette année, nous avions décidé de prendre le PASS nous donnant l’accès aux 5 jours ! Pour diverses raisons d’organisation, nous n’y sommes allés « que » deux jours, mais en tout cas, on en a bien profité et nous avons vu beaucoup de beaux spectacles. 



21ème anniversaire … une organisation parfaitement rôdée, tant au niveau de la gestion du parking, des navettes (évacuer plus de 15 000 personnes tous les soirs en moins d’une demie-heure, je dis chapeau), les stands de nourritures, la sécurité … Bref, je leur donne une très bonne note cette année, ils ont été au top ! Et le top du top, c’est que cette année, on n’a pas eu besoin de réserver sa place pendant des heures d’un spectacle à un autre. Ils ont fait le nécessaire au niveau des infrastructures pour qu’un maximum de personne puissent voir les spectacles … nous avons donc eu également plus de temps pour déambuler sur le site, nous arrêter aux stands des artisans et exposants … On a vu un tailleur de pierres à l’œuvre, on a observé du coin de l’œil une dame faire de la poterie, on a été admiratif devant les forgerons … On a bavé d’envie devant les tenues en cuir et autres tissus, on a regardé une petite fille tisser tout en sautant à l’élastique. On a croisé des fées, des trolls, des sorcières, des gueux, des chevaliers, une Reine, des princesses, un chirurgien, des troubadours … On a vu des Vikings et des Aborigènes. On a dansé aux sons des cornemuses et des percussions. On a eu chaud avec les cracheurs de feu et on s’est senti tous petits face à la grandeur de l’ours Valentin. On a appris des choses sur les hiboux, les chouettes, les aigles et les vautours. On a rigolé aux larmes avec le bain des chevaliers et on a appris à se battre à l’épée et à l’arc. 

En deux jours, on a fait un bond dans le passé. On a été complètement dépaysé et ça nous a fait beaucoup de bien. Le dimanche, nous y sommes allés en étant costumés. On a repris les costumes de l’an dernier car nous n’avons pas eu le temps cette année de nous en créer de nouveaux, mais on a pris pleins d’idées pour compléter nos costumes et en faire d’autres à l’occasion !
Voici les spectacles et animations auxquels nous avons assisté : 

Tournois de joute / Le rideau des Troubadours / Les bains des chevaliers / Arthus, l’arracheur de dents / Le cortège des épousailles / Le Bouillant de Bouillon / Aux armes, aux larmes ! / Spectacle de magie / Fred et son ours Valentin / Spectacle de fauconnerie / Spectacle de feu des Frères Lumière / Tir à l’Arc / Le Condor / La Charrette aux écritures / Le village des artisans / Nos amis Aborigènes d’Australie / Initiation à l’épée

Et je partage avec vous quelques photos (de nous) et vidéo (trouvés sur le net)




























c'est l'édition 2016 mais vous voyez ainsi l'ambiance ! 

 
 



Rendez-vous l’année prochaine pour un nouveau voyage au temps des troubadours !

vendredi 16 juin 2017

Le jour où j'ai vu Rock the Ballet



J’attendais ce jour depuis plus d’un an. J’ai aussi galéré à trouver des places, car à l’époque, je n’osais pas trop me projeter aussi loin, de « peur » d’être enceinte – à terme ou alitée – et de ne pouvoir assister à la représentation. Et oui, la PMA bouffe pas mal la vie … Mais c’est un autre sujet.
Ce spectacle de danse moderne, je voulais y assister avec mon amie de (presque) toujours, passionnée de danse elle-aussi. C’est d’ailleurs la danse qui nous a réuni, il y a de ça presque 15 ans. Ce fut donc son cadeau de Noël. Et ouais, je sais, j’assure grave en matière de cadeau – en mode j’me la pète deux secondes - ! 

La représentation a eu lieu le 15 mars. Malheureusement, la tournée française est terminée me semble-t-il, mais je vous invite malgré tout à les suivre de près, notamment pour une prochaine tournée française. Rock the Ballet, c’est une troupe de danse vraiment sympa. Ils sont jeunes, ils sont beaux et quasiment tous … des hommes ! Il n’y a que 3 femmes (et seulement 2 sur scène, pour ce ballet-là du moins). Autant vous dire, mesdames, qu’on en prend plein la vue … 

Ils ont été révélés par une émission américaine et triomphent à travers le monde entier. Leur marque de fabrique ? Danser sur des musiques modernes : 

Walk the Moon, The Knaack, Lenny Kravitz, Calvin Harris ft Rihanna, Aerosmith, Coldplay, Donny Hathaway, Alicia Keys, One Republic, Clint Mansell, Queen, Prince, Michael Jackson, Macklemore & Ryan Lewis ft ScHoolboy Q, Holli, Christine and the Queens, David Bowie, David Guetta ft Skylar Grey, Chris Brown. 

Programme sympa, non ? 

Mais comme il n’y a rien de mieux que les sons et les images pour apprécier une troupe de danse, voici une petite video pour vous donner envie de danser et d’aller les applaudir !
Ils ont une énergie de fou et donnent énormément au public ! Et depuis, je les suis sur Instagram, ils font un peu partie de ma petite vie ! 
 
 
 
 

jeudi 15 juin 2017

Le jour où on a cheminé vers l'adoption #1




Comme je l’annonçais ici il y a quelques semaines, nous avons franchi le pas avec l’adoption. Tout comme j’ai beaucoup écrit sur la PMA, que ce soit des ressentis personnels ou des conseils, je procéderai de la même façon avec l’adoption, mais en essayant de structurer un peu plus mes articles, afin qu’il y ait à la fois du vécu personnel, mais aussi et toujours un petit peu de conseils, que ce soit en tant que future mère adoptive (du moins, je l’espère), qu’en tant qu’assistante sociale qui s’y connait bien quand même en matière d’adoption !
Je démarre donc cette série aujourd’hui avec la 1ère étape : la réunion d’information.
Pour toute personne qui souhaite adopter, la procédure est la même. Il faut envoyer une lettre simple, au président du Conseil Départemental, afin de lui faire part de notre volonté de demander un agrément en vue d’une adoption. Pas besoin de rentrer dans les détails, tout ceci se fera par la suite. C'est la première démarche à effectuer. Suite à ce courrier, nous recevons une invitation à participer à une réunion d’information – la plupart du temps collective – sur l’adoption : législation, adoption en France, adoption à l’internationale, investigations psy et sociales … cette réunion dure environ 2 heures et a pour but d’informer, d’orienter et de répondre à nos premières interrogations. 

Nous avons eu de la chance avec Charmante Compagnie, nous avons eu une date très rapide de proposée. Nous avons donc posé une journée pour nous rendre au siège social du service des adoptions. C’est un des aspects négatifs dans cette procédure, c’est qu’il n’y a souvent qu’un seul service pour tout un département, et si vous habitez, comme nous, un grand département, vous pouvez très vite vous retrouver à faire plusieurs centaines de kilomètres.
Lors de cette réunion, étaient présentes la secrétaire du service, la psychologue, l’assistante sociale et la chef de service. C’est drôle, mais j’ai tout de suite deviné qui est qui avant que chacune se présentent. Elles avaient bien la tête de l’emploi comme on dit ! Au niveau des participants, je dirai que nous étions environ 40 participants, à la louche. Ce qui nous a frappés, par rapport à la PMA, c’est que dès cette première réunion, nous avons ressenti une sorte de pression. En effet, nous sommes désormais appelés des « candidats » à l’adoption, et je pense que c’est le bon terme. On se serait cru à un concours d’entrée dans une grande école, chacun dévisageant et scrutant l’autre, l’adversaire, comme pour arriver à y voir ses faiblesses et passer devant lui. Et ce sentiment n’a fait que s’accentuer quand ils ont donné les chiffres : actuellement une cinquantaine d’agréments, 150 en cours, 8 bébés pupilles de l’Etat adoptés en 2015, 18 enfants de l’étranger … On a vite fait le calcul … et on a vite compris que oui, nous étions bien des candidats ! Je n’irai pas jusqu’à dire « que le meilleur gagne » mais presque ! 


Cette réunion permet en tout cas de dresser l’état des lieux de l’adoption sur votre département, que ce soit pour l’adoption en interne (en France) ou à l’internationale. On nous donne beaucoup de chiffres, mais on rappelle aussi les grands fondements et principes de l’adoption. J’ai trouvé cela important car en effet, on met tout de suite le cadre légal et on rappelle aussi aux « candidats » qu’il ne s’agit pas de notre droit à nous d’avoir un enfant, mais bien au droit de l’enfant d’avoir une famille et à l’intérêt supérieur de l’enfant. C’est quelque chose que beaucoup de personnes, candidates ou pas à l’adoption, ont tendance à oublier. 


Je sais que nombre de personnes ressortent de cette réunion un peu le moral dans les chaussettes, déprimées par certaines informations (délais, conditions plus strictes etc), choquées par d’autres (choisir l’origine ethnique et les particularités de l’enfant, etc). Pour nous, ce ne fut pas le cas, car nous étions déjà bien informés à ce sujet. De par mon métier, c’est un sujet que je maîtrise plutôt bien et que je partage volontiers avec mon mari. Nous ne sommes donc pas tombés de haut, notamment quand ils nous ont annoncé que le délai d’attente, dans notre département, pour un enfant pupille était de 5 ans, et pour un enfant de l’étranger, supérieur à 5 ans (10 à 12 ans actuellement en Chine).
Cette réunion par contre nous aura permis de rencontrer une des psychologues et une des assistantes sociales qui seront amenées à mener les investigations sociales et psychologiques lors de notre agrément. Cela a rendu aussi les choses un peu plus concrètes. On sait désormais que nous allons devoir poser des journées ou des demies-journées car les entretiens peuvent être longs – et sont toujours à 1h15 de route de chez nous – et on a aussi des idées plus précises des contenus des entretiens avec les professionnels.
A l’issue de cette réunion, nous avons donc pris le dossier qui sera donc la 2ème étape – dont je vous parlerai certainement en juillet – et nous sommes rentrés, la tête pleine d’info mais surtout et malgré tout, d’espoir ! L’espoir, c’est ce qui va, encore une fois, nous accompagner tout au long de cette longue et éprouvante démarche. 



Pour résumer, voici donc quelques conseils pour cette première étape en vue d’une adoption :

-          Si vous adoptez en couple, venez à deux. Il est important que les deux membres du couple entendent la même chose. Cela aidera pour la suite de votre procédure.
-          Listez, avant la réunion, toutes les questions qui vous viennent à l’esprit, principalement celles d’ordre général (ex : combien de délais d’attente, les conditions pour adopter tel ou tel enfant, quels documents pour le dossier, combien de RDV etc) et rayez au fur et à mesure de la réunion, celles qui ont eu une réponse au cours de la présentation. Ensuite, posez les questions qui n’ont pas été abordées dans la présentation, ou demandez à vous faire préciser une réponse à une question que vous n’avez pas très bien compris.
-          Ecoutez bien les questions des autres personnes. Très souvent, vous partagez les mêmes interrogations et les réponses vous intéressent.
-          Préparez-vous un dossier spécial pour votre agrément dans lequel vous rassemblerez tous les papiers concernant votre démarche. Il y a beaucoup de paperasse et ça peut stresser un peu. En ayant tout au même endroit, vous y verrez plus clair.
-          Demandez, s’ils ne le font pas, que l’on vous recommande des ouvrages à lire, pour adultes et/ou pour enfants (notamment si vous avez déjà des enfants dans votre foyer)
-          Demandez également les coordonnées des associations telles que l’EFA de votre département. Si vous souhaitez y adhérez, vous serez alors soutenu dans votre démarche et après l’adoption également.
Cette première réunion d’information est cruciale et marque le début officiel de votre démarche. Le cheminement se poursuit, aussi bien au niveau administratif qu’au niveau psychologique.
 
 

mardi 13 juin 2017

Le jour où j'ai lu Petits Secrets et Grands Mensonges


Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.



Il y a quelques temps déjà, j’ai enfin lu Petits Secrets et Grands Mensonges. J’avais beaucoup aimé un des autres romans de l’auteure, Le Secret du Mari, et ce sentiment a été à nouveau renouvelé à la lecture de ce roman. Encore une fois, l’auteure mêle plusieurs personnages, plusieurs vies, plusieurs destins. J’ai eu un peu de mal à entrer dedans, justement parce qu’il y a beaucoup de personnages, mais on s’habitue malgré tout vite aux 3 héroïnes principales. Mais il est vrai que les personnages secondaires sont nombreux et on pourrait parfois s’y perdre. Autre chose qui m’a un peu déstabilisée au départ : on connait une partie de la fin dès le début, et il y a deux narrations en parallèle : le présent, à chaque fin de chapitre, qui consiste en la retranscription des interrogatoires liés à l’accident ou au meurtre ; et des flashs back qui illustrent des propos tenus lors de ces interrogatoires et qui permettent, petit à petit de reconstruire et remonter l’histoire jusqu’au fameux soir … On ne découvre la victime qu’à la fin. J’ai eu quelques idées un peu avant la fin, du nom de la victime … ou du moins, je me doutais que ça serait lié à ce personnage. Mais c’est très bien amené. Je me suis attachée à chaque personnage, même les secondaires, ils sont tellement bien construits et travaillés au niveau psychologique, qu’ils sont presque réels. 

Je lui accorde 4,5/5


Cet article participe au Challenge Passion Lecture 2017






Mais je ne me suis pas arrêtée là. Ma lecture a coïncidé avec la sortie de la mini-série Big Little Lies, entièrement adaptée de ce roman. Bien sûr, il y a malgré tout quelques libres adaptations : d’ailleurs, certaines m’ont dérangée plus que d’autres, mais ça reste assez, voire très fidèle au roman. Le casting est plutôt réussi avec dans le rôle des 3 héroïnes Nicole Kidman, Reese Witherspoon et Shailene Woodley mais je dois avouer avoir été déçue par l’interprétation du personnage joué par Nicole Kidman. Je l’imaginais autrement. Encore une fois, j’ai préféré le livre à l’adaptation visuelle, mais ça reste malgré tout une bonne série qui m’a tout autant captivé que le roman, même si je connaissais déjà le nom de la victime !

dimanche 11 juin 2017

Le jour où nous avons gardé Kevin et Linda

Je m’aperçois que je ne vous ai jamais parlé de cette expérience que nous avons vécu il y a de ça 4 ans déjà. Et pourtant, c’est une expérience qui a marqué nos vies, à Charmante Compagnie et à moi, notre vie de jeune couple également et de futurs parents. 

A l’époque, je travaillais dans des écoles primaires, sur un secteur qui réunissait beaucoup d’enfants de parents en exil (demandeurs d’asile, en situation irrégulière, étrangers malades …). Un jour, arrive dans mon bureau, la mère de Kevin et Linda. Elle est originaire du Kosovo. Elle a dû fuir son pays à cause de son ex-mari qui cherche à la tuer, elle et les enfants. Ce dernier est allé jusqu’à mettre le feu à leur maison. Cette maman, dans son pays, était institutrice et directrice d’école. Elle élevait ses enfants avec ses valeurs et beaucoup d’amour. Autrement dit, cette maman était comme vous et moi. 

En arrivant en France, après avoir fui et abandonné son pays et sa famille, elle n’avait rien, à part ses enfants et chacun une valise. Le calvaire a continué pour eux, les démarches de procédure de demande d’asile, etc. C’était éprouvant, éreintant. Kevin et Linda ont été scolarisés. Ils avaient 6 et 8 ans quand ils sont arrivés ici. En 3 mois, ils savaient lire, écrire et parler français. A la fin de l’année, ils étaient dans le TOP 3 de leur classe. Ils ont essayé de se construire une vie, tant bien que mal. La famille était hébergée temporairement dans une chambre d’hôtel pourrie, sans possibilité de cuisiner et se nourrissait exclusivement, le soir et weekend, de denrées des Resto du Cœur type gâteaux ou sandwichs …


Et puis un jour, cette maman a craqué. Tout ceci  devenait trop dur pour elle, d’autant plus que son ex-mari l’avait retrouvé en France. Les parcours d’exil sont traumatisants, ne l’oublions jamais. Alors ce matin-là, quand elle est arrivée dans mon bureau, elle a craqué. Le médecin scolaire a dû la faire hospitaliser en urgence et nous nous sommes retrouvés avec Kevin et Linda … seuls. L’Aide Sociale à l’Enfance n’avait aucune solution pour nous, les foyers pour enfants étaient saturés. Alors on a pris la décision de les accueillir à la maison. Ce soir-là, je suis allée les chercher dans leur classe, pour leur expliquer. On est passé à l’hôtel récupérer des affaires, et j’ai embarqué 2 enfants, que je ne connaissais pas, de 6 et 8 ans, à l’arrière de ma petite Twingo bleu bermude. 

 
Tous les 4, nous avons passé un mois fantastique. C’était une expérience très enrichissante. En l’espace d’une soirée, nous sommes devenus des parents de substitution, le temps que leur mère aille mieux. Ils se sont adaptés, encore une fois, presque comme si de rien n’était. Ils se sont aussi attachés à nous, et à nos chats. On appelait leur maman les soirs. On faisait les devoirs, on mangeait de la purée et … non pas de jambon car ils étaient musulmans … je me suis adaptée, on a remplacé les dés de jambon par des allumettes de canard dans la quiche. Ils sont venus avec nous chez des copains. On est allé à la médiathèque, je les ai inscrits à un atelier de loisirs créatifs et ils nous ont offert leurs œuvres. On a fait la fête de Noël de notre ville, ils ont eu des chocolats et des cadeaux offerts par notre commune. On leur a demandé ce qu’ils voulaient manger pour Noël : du rôti et des haricots verts. On leur a fait goûter des cuisses de grenouille. On a posé des cadres, pour l’heure du coucher, par exemple. On leur a laissé de la liberté, celle de pouvoir vivre dans un espace assez grand pour 4 personnes. On leur a fait profiter de grands-parents de substitution, ils adoraient mon beau-père et ma belle-mère. On a fêté Noël ensemble. On les a gâté, mais pas trop et intelligemment. On a même fait notre tout premier sapin de Noël, grâce à eux. 




Aujourd’hui, leur maman va beaucoup mieux. Sa situation s’est arrangée. Elle a eu un titre de séjour, ce qui lui a permis de trouver un emploi, puis par la suite, un appartement. Kevin et Linda ont désormais une chambre qu’ils n’ont plus besoin de partager avec leur mère. On prend des nouvelles des uns et des autres, de temps en temps. On est si heureux de voir leur vie enfin s’illuminer. On est heureux et fiers d’avoir pu contribuer un minimum à leur bien-être, à leur bonheur. 

Kevin et Linda auront toujours une place particulière dans nos cœurs. Leur maman aussi.

vendredi 9 juin 2017

Le jour où je te donne des conseils pour ne plus procrastiner



Soyons honnête, la procrastination est un peu la maladie du siècle pour beaucoup de monde, et j’avoue en être parfois, souvent, beaucoup (au choix selon les moments) touchée … Prise dans le rythme éreintant de ma routine quotidienne : réveil très matinal, 75km en voiture dans les bouchons pour aller bosser, 8h de taf et rebelote 75 km en voiture dans encore plus de bouchons pour rentrer … bien souvent, je rentre à la maison et je m’affale quelque part (lit, canapé, fauteuil de bureau) pour ne plus rien faire.
Seulement, tout ça me pèse, car je remets sans cesse des tas de choses à plus tard. Je n’oserai même pas dire au lendemain. Non, juste à plus tard, quand j’aurai le temps, la motivation, l’envie, la force, le courage … bref, tu l’auras compris, quand je me déciderai enfin à me bouger les fesses.
J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et j’ai pris le temps d’analyser le pourquoi de ma procrastination. Je t’invite du coup, à en faire de même, car en fonction des causes qui te poussent à procrastiner, tu pourras opter pour tel ou tel conseil … 

  • Se mettre en activité.
En effet, j’ai remarqué que très souvent, l’inactivité entraîne la procrastination. En gros, moins on en fait, moins on en a envie d’en faire. Et si ce genre de chose est idéal pour une période de vacances en mode farniente-stop-pause, au quotidien, cela peut vite devenir intenable. Parce que procrastiner, c’est bien, mais avancer dans ses projets, c’est encore mieux.
Mon meilleur conseil est donc d’éviter, en rentrant du travail par exemple, de se poser. On a tous tendance à vouloir faire un break, se poser devant l’ordi ou un bouquin (ou la tv, bref devant un truc) en pensant que cela va nous reposer et nous ressourcer. Et les ¾ du temps, on se laisse prendre au jeu, surtout sur internet, qui est très chronophage. Il est déjà 20h et vous n’avez même pas eu le temps d’éplucher vos légumes pour votre soupe. Bien sûr, ceux qui ont des enfants me diront qu’ils n’ont pas le temps, justement, de prendre ce temps de glandouillage, mais croyez-moi, si si ça arrive quand même de voir arriver le petit dernier à 19h30 en vous disant qu’il a faim … Alors, histoire de ne pas toujours se rabattre sur l’ouverture de la boîte de ravioli (du lundi soir), activez-vous dès votre retour à la maison. Vous pouvez même vous créer une routine : retirer vos chaussures/manteau, vider votre sac, vider le lave-vaisselle, appeler le dentiste/coiffeur/véto pour prendre rdv pour le petit dernier/vous/le chat, sortir les poubelles ou plier le linge qui a séché toute la nuit. Bref, prenez entre 15 à 30 minutes pour vous activer dans votre intérieur, pour faire des petites choses rapides, mais à faire si vous ne voulez pas vous laisser déborder. Et faites votre pause (clope, Internet, TV, appel à un ami …) qu’une fois ces petites choses effectuées. Vous savourerez mieux ce moment en plus, promis ! 


  •   Planifier
Même si l’improvisation, c’est bien, et il faut lui laisser une place dans votre quotidien, planifier vous permettra aussi d’être efficace sans trop vous fatiguer, ce qui est idéal pour le procrastineur qui sommeille en vous. La meilleure des choses à planifier, à mes yeux, reste les repas. Plus de prise de tête le soir devant le frigo, vous savez quoi manger. Planifier les repas vous permettra notamment de prévoir à l’avance un plat plus rapide  préparer le soir où Junior sort du Karaté à 19h30 et un plat facile à réchauffer pour votre cher mari qui rentrera après 21h d’une réunion de travail. Petit plus, vous pourrez aussi du coup mieux diversifier et équilibrer votre alimentation, ce qui fera qu’en plus de ne plus procrastiner, vous aurez la ligne cet été dans votre bikini. 


  •   Lister
Oui, je sais, les listes, c’est à la mode, mais les listes, on ne les respecte jamais. Et bien, il est temps de changer ! Pour ma part, j’ai une partie de mon Bullet Journal consacré à mes TO DO LIST. J’ai donc une liste par semaine, que je prépare en général le dimanche soir et que je complète au fur et à mesure de la semaine. Je vous donne l’exemple de ma liste de cette semaine : 

-          Terminer l’enveloppe CHOCOLAT du concours de Pâques de ma page Facebook
-          Déposer au Relais Colis mes retours du Bon Prix
-          Tondre la pelouse
-          Récupérer l’interrupteur de la piscine chez mes beaux-parents
-          Faire les valises
-          Aller aux poubelles à tri
-          Journée piscine avec J. et les enfants
-          Coiffeur pour Charmante Compagnie
-          Départ pour Minorque



Dimanche, je ferai le point sur tout ce qui a été fait. Je reporterai les tâches non accomplies à la semaine suivante mais attention, je ne m’accorde le droit de reporter à la semaine suivante que 3 fois. Au-delà, je m’auto-sanctionne [du genre, je ne regarde pas le dernier épisode de ma série préférée tant que je n’ai pas réalisé la tâche …]. Et donc, généralement, en 3 fois, toutes les tâches de ma liste sont effectuées. Je peux ainsi procrastiner un peu, mais pas trop !

Je vais me tenir à ces 3 conseils pour cet article. Pour résumé, plus on s’active et mieux on s’organise … moins nous sommes tentés de procrastiner. Il est important aussi d’être dans une démarche positive, d’avoir un bon moral, car cela joue aussi beaucoup sur notre motivation à nous activer. Faire du sport aide aussi à lutter contre ce phénomène – d’une part en respectant son planning sportif et d’autre part car le sport apporte des bienfaits qui nous stimulent et nous donnent envie de nous dépasser.

mercredi 7 juin 2017

Le jour où on est allé au cinéma

Récemment, nous sommes encore allés voir deux blockbusters ! On les attendait depuis un petit moment. 

Pirates des Caraïbes 5

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…


A force, Jack Sparrow est en quelque sorte un membre de la famille. On s’est attaché à lui et à son caractère. Personnellement, il me fait toujours bien rire, et l’humour est assez présent dans ce 5ème volet. On voit arriver une nouvelle génération. Par  contre, pas trop de surprises, le scenario est sur le même modèle que les précédents. Pas trop de renouvellement quoi. On prend les mêmes, et on recommence, tant que ça marche. Nous avons clairement passé un très bon moment. Je suis toujours aussi fan de la musique, même si je la garde en tête après pendant plusieurs jours, un peu comme la musique du Monde des Poupées à Disneyland … Ce n’est pas le film du siècle mais il est divertissant et j’ai aimé le côté un peu tendresse, émotion qui m’a presque fait couler une petite larme. Y-aura-t-il une suite ? Très certainement … 

Je lui accorde la note de 3,5/5

Wonder Woman



C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.


Nous avons eu la chance de le voir en avant-première le 2 juin. Personnellement, j’ai découvert réellement ce personnage lors du dernier DC Batman V Superman. Tout d’abord, je suis fan de la musique. On l’écoute souvent dans la voiture avec mon mari et la version pour ce tout nouveau film est vraiment exceptionnelle. Côté histoire, j’ai bien aimé que ce film parle des origines de Diana. Un côté mythique avec les Amazones, une belle leçon d’humanité, bref, j’ai accroché. J’ai envie d’aller vivre sur l’île des Amazones, le paysage est à couper le souffle ! Ce film se passe donc pendant la 1ère guerre Mondiale. Les images sont très réalistes et les scènes peuvent parfois donner une impression de suffoquer (en tout cas, moi, les scènes de guerre me donnent ce ressenti). Il y a beaucoup d’humour mais aussi d’émotion dans ce film. J’ai trouvé qu’il faisait écho à l’actualité mondiale du moment … où le terrorisme est désormais un ennemi de notre quotidien.
J’ai hâte de voir la suite – en solo mais aussi avec la Justice League – car du coup ce 1er volet était vraiment un avant-goût de ce personnage. 

Je lui accorde la note de 4,5/5 – et je constate que je deviens vraiment accro aux Supers-Héros !